Les démarches responsables se multiplient dans tous les domaines et le tourisme n’est pas en reste. En effet, voyager n’est pas sans conséquence : l’impact est important au niveau social, économique et environnemental. Comment réduire les conséquences négatives lorsqu’on voyage dans des destinations lointaines ? Qu’est-ce que le tourisme durable ? Comment le pratiquer ? On vous explique tout.

Tourisme durable : définition

Le secteur du tourisme représente à lui seul 10 % du PIB mondial et il influe non seulement sur l’économie, mais aussi sur le développement des territoires et des cultures. Les impacts du développement touristique sont importants. Le tourisme durable vise à intégrer une dimension de développement durable dans tous les aspects du voyage touristique. Cette démarche concerne l’ensemble des acteurs, aussi bien les professionnels du tourisme que les voyageurs.

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), le principe du tourisme durable est de réduire les impacts économiques et socio-environnementaux tout en répondant aux besoins des acteurs touristiques et des voyageurs. Cet objectif implique le respect des cultures, la préservation de l’environnement et un commerce équitable au profit des populations locales.

Le développement du tourisme durable a pour objectif d’intégrer de nouvelles pratiques économiques et socio-environnementales et non de proposer de nouvelles formes de tourisme. Néanmoins, le tourisme durable recouvre différentes formes de démarches alternatives. Par exemple, le tourisme responsable implique les voyageurs dans une démarche volontaire pour réduire leur impact sur leur environnement. Le tourisme équitable met, quant à lui, l’accent sur une rémunération juste au profit de l’économie locale. L’écotourisme est particulièrement respectueux de l’environnement et de la protection des ressources naturelles. Le tourisme solidaire vise le lien du voyageur avec la population locale. Les applications du tourisme durables sont diverses, mais au-delà de ces différentes formes, le voyageur peut, de lui-même, appliquer certains principes simples visant au respect de l’environnement et des populations.

Pourquoi pratiquer le tourisme durable ?

Concrètement, le tourisme de masse s’avère souvent dangereux pour les espèces animales et végétales. Les randonnées, le ski, le canyoning, le camping sauvage, la pêche de loisir, la plongée sous-marine et de façon générale toutes les activités pratiquées dans le milieu naturel peuvent avoir des conséquences désastreuses sur la faune et la flore. Les déplacements de population en automobile ou en avion ont aussi un impact sur la pollution et le climat. Les effets du changement climatique et les difficultés des populations locales incitent les acteurs du tourisme à agir. Le principe est donc de minimiser les impacts négatifs que les touristes pourraient générer sur leur environnement. Les retombées positives d’un tourisme durable sont nécessaires et urgentes à mettre en place pour la préservation de notre environnement naturel, social, économique et culturel.

Comment faire du tourisme durable quand on voyage ?

Voyager en intégrant des pratiques du tourisme durable n’est pas très compliqué ni contraignant. Il suffit d’allier vacances et gestes éco-responsables en faisant appel à des règles de bon sens.

En réfléchissant vos déplacements

Prenez le temps de sélectionner votre mode de transport pour vous rendre sur votre lieu de destination touristique. Le bus ou le train sont préférables en terme d’empreinte carbone. Si toutefois, il vous est indispensable de voyager en avion, sélectionnez une compagnie aérienne qui s’investit dans un programme de compensation des émissions de carbone liées aux voyages. Vous pouvez aussi calculer vous-même votre empreinte carbone avec un calculateur en ligne et consacrer la somme correspondante à un projet éco-responsable.

Privilégiez également une compagnie qui utilise des biocarburants renouvelables plutôt que des combustibles fossiles. Cette démarche peut réduire jusqu’à 80 % des émissions carbones.

Une fois arrivé à destination, optez pour des modes de transport qui vous permettent de découvrir le mode de vie local et de vous déplacer dans une démarche durable. Privilégiez des modes de déplacements doux (à pied ou à vélo autant que possible). Si besoin, utiliser un transport en commun comme le train, le bus ou du covoiturage sera une expérience plus enrichissante et plus typique qu’une compagnie de transport de masse.

Enfin, le slow travel est une façon de profiter du pays en prenant le temps et se concentrant sur une expérience avant tout qualitative au lieu de parcourir les kilomètres en accumulant les vols en avion.

En privilégiant les labels de développement durable

Les entreprises d’offres touristiques peuvent être certifiées par le Conseil Mondial du Tourisme Durable (Global Sustainable Tourism Council ou GSTC). Pour obtenir une certification, un établissement doit avoir une démarche responsable vis-à-vis de la protection des ressources naturelles, des populations locales et du patrimoine culturel. Soyez vigilants concernant les organismes auxquels vous faites appel pour organiser vos activités touristiques. Il existe aussi des labels d’éco-responsabilité pour les hébergements et les restaurants, comme « Clé verte » par exemple.

En consommant éco-responsable

Emmenez avec vous des appareils et des chargeurs solaires. Composez votre trousse de toilette avec des produits biodégradables : dentifrice, déodorant et shampoing solides, brosse à dents en bambou, etc. Les repas pris sur le pouce ou en pique-nique nécessitent un peu de matériel. Veillez, par exemple, à transporter vos victuailles dans un sac en tissu réutilisable et à utiliser une gourde à la place de bouteilles d’eau en plastique. Il existe des kits de filtration qui vous permettent d’obtenir de l’eau potable partout où vous vous trouvez. La responsabilité d’un touriste passe aussi par des gestes quotidiens : écourter les douches, ne pas jeter de nourriture, éteindre les lumières quand on s’absente, etc.

En respectant l’environnement

Respectez le patrimoine naturel qui vous entoure et n’abîmez pas la faune et la flore locales. Gérez vos déchets en ne dénaturant pas le paysage et privilégiant le recyclage. Emportez toujours un sac pour vos déchets (et ceux des autres !). De façon générale, préférez des outils réutilisables. Dans certains pays, le recyclage n’est pas possible et il est inutile d’encombrer les populations locales avec du plastique, entre autres.

Évitez toute activité touristique utilisant des animaux : oubliez la balade à dos d’éléphant ou de chameau, les spectacles de singes, les parcs à ours, etc. Respectez la faune en ne cueillant rien et en n’introduisant aucune espèce végétale. Ne laissez aucune trace de votre passage en randonnée et empruntez uniquement les sentiers autorisés.

Sélectionnez vos activités en évitant les grandes structures touristiques comme les centres aquatiques ou les autres terrains de sport. Oubliez la piscine au profit d’une baignade dans une rivière naturelle !

En soutenant le commerce local et les populations

Restaurez-vous avec des produits locaux et respectez les traditions. Fuyez les grandes chaînes hôtelières au profit des logements proposés par le pays. Adaptez-vous à la culture locale en ayant pris soin d’apprendre quelques mots de la langue du pays que vous visitez. Respectez les habitudes des communautés locales. Les hébergements en chambre d’hôtes ou chez l’habitant permettent non seulement de découvrir les différentes cultures, mais aussi de soutenir la population et leurs activités. Consommez de préférence en vous fournissant auprès des artisans.

C’est l’accumulation de petits gestes individuels qui fait une démarche collective de durabilité. En intégrant ces quelques habitudes de bon sens, vous participerez à un tourisme durable.
Participez à un tourisme durable grâce à des gestes simples lors de vos voyages.

Pin It on Pinterest