À l’heure où nos contemporains veulent être arrivés avant d’être partis, les adeptes du slow tourisme, comme son nom l’indique, souhaitent se réapproprier le temps et privilégient les mobilités douces. Une véritable lame de fond qui prône la qualité des échanges plutôt que la quantité.

D’où vient la tendance slow ?

À la fin des années 80, les Italiens créent le slow food en réaction à l’accélération de la vie moderne et à la malbouffe. Un nouveau mode de consommation dont l’objectif est de se réapproprier les plaisirs de la table et prendre le temps nécessaire à la dégustation. L’association compte aujourd’hui 100 000 membres répartis dans 150 pays. Dix ans plus tard, la tendance slow tourisme s’ancre durablement dans les pratiques. Cette dernière plonge ses racines dans l’évolution des modes de consommation, la généralisation des préoccupations environnementales et l’envie de séjours plus authentiques, plus responsables et plus proches de la nature. On priorise le temps consacré à la découverte, aux expériences culinaires et aux activités organisées chez l’habitant.

En quoi consiste le slow tourisme

Si, mot à mot l’expression signifie “voyager lentement”, le slow tourisme est un état d’esprit qui vise à lutter contre le stress et la course contre la montre. C’est un concept qui invite à se réapproprier le temps pour voyager autrement. Il intègre une dimension écologique et humaine. Les slows touristes découvrent un lieu, un site à leur rythme plutôt que de parcourir des milliers de kilomètres à toute allure. À l’opposé du tourisme de masse, il est souvent associé à l’écotourisme. Le slow tourisme privilégie les déplacements propres comme le cheval, le vélo ou la randonnée.

Le slow tourisme, mode ou tendance de fond ?

Toutes les études montrent qu’il s’agit d’une tendance profonde, sociétale et mondiale. D’après une enquête IPSOS réalisée en 2017, huit Européens sur dix ont l’intention de ralentir leur rythme de vie. En ce qui concerne le tourisme, 53% des Français disent vouloir prendre leur temps lorsqu’ils visitent un pays, une ville ou une région; selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, le tourisme vert a augmenté de 10 à 20% ces dernières années. Le vieillissement de la population, le droit à la déconnexion, ou l’essor du “consommer local” viennent accroître la mouvance.

Comment se positionne la France en matière de slow tourisme

En France 80% du territoire se situe à la campagne, elle possède 51 Parcs naturels régionaux (PNR) et 10 parcs nationaux. Dotée d’un patrimoine naturel d’une grande diversité et d’une forte attractivité touristique mondiale, la France est “naturellement” prête pour le slow tourisme. Le tourisme à vélo est l’une des filières les plus dynamiques du marché touristique français elle concerne 9,8 millions de séjours annuels et génère un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros. La randonnée pédestre rapporte plus de 2,4 milliards d’euros pour les seuls sentiers de grande randonnée. L’équitation de loisir et le tourisme équestre dégage 1,15 milliard d’euros. Avec 8 500 mètres de voies navigables, le réseau fluvial français est le plus long exploitable d’Europe. Le tourisme fluvial, en pleine expansion, rapporte entre 400 et 500 millions d’euros de recette. De plus, les slows touristes ont un niveau de dépenses journalières plus élevé que la moyenne*.

Un enjeu touristique

L’offre autour du slow tourisme est encore insuffisante, mal connue et peu structurée. Se lancer dans cette activité nécessite parfois de gros investissements pour capter cet énorme marché. Un véritable enjeu pour les professionnels qui doivent proposer une offre de qualité et faire preuve de créativité pour relever le défi. Une réelle opportunité pour élargir l’offre des territoires, même pour ceux qui ne disposent pas de sites touristiques majeurs. Alors que le Lot propose des hébergements ou des visites “slow”, la Sarthe propose de “se la couler douce”.

Les adeptes du slow tourisme cherchent désormais le bon tempo. Le nouveau luxe serait donc de ralentir, de profiter des siens et de ce qui nous entoure.

*Source Atout France

Connaissez-vous le slow-tourisme ? C'est la nouvelle tendance voyage. Sur confort-en-avion.com, on vous dit ce que c'est et comment le pratiquer.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest